Rapports sur le développement durable et les facteurs ESG : Les entreprises publiques divulguent encore peu d'informations

Market Insights 27 octobre 2022

À l'échelle mondiale, environ 30 % seulement des entreprises publiques publient au moins une mesure quantitative de la durabilité.

Si le reporting en matière de développement durable peut sembler complexe, la technologie peut souvent apporter une solution aux entreprises qui ne le font pas encore. En outre, pour les investisseurs qui devront faire rapport sur des cadres réglementaires tels que le Sustainable Finance Disclosure Regulation (SFDR), la taxonomie de l'UE, MiFID II ou TCFD, la technologie permet aux utilisateurs d'évaluer, d'analyser et de faire rapport facilement et efficacement. Nos clients ont fait état d'une économie pouvant atteindre 50 % des coûts, y compris le temps consacré par les ressources humaines à la réglementation.y compris le temps consacré par les ressources humaines aux rapports réglementaires.

Notre équipe de recherche a récemment analysé un échantillon de 40 000 sociétés publiques, et environ 30 % seulement communiquent au moins une mesure quantitative de durabilité. Étant donné que les nouvelles exigences du SFDR entreront en vigueur dans moins de 70 jours, le manque de données disponibles pourrait nécessiter l'utilisation de données estimées afin de répondre à l'attente du régulateur de fournir des informations sur la base du "meilleur effort".

Le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord (MENA) est la région où les entreprises publiques divulguent le moins d'informations par rapport à l'Europe, l'Amérique du Nord et l'Asie-Pacifique. Comme mentionné ci-dessus, Clarity AI a examiné 40 000 entreprises publiques et a évalué combien d'entre elles divulguent au moins une mesure quantitative. Le niveau global de divulgation est de 30 % (~11 000 entreprises publiques), avec des variations importantes entre les régions. L'Amérique du Nord est en tête tandis que la région MENA est à la traîne pour ce qui est des entreprises qui communiquent au moins une mesure quantitative. Clarity AI a observé les niveaux de reporting suivants (voir Figure 1) :

  • Amérique du Nord : 44% des entreprises publiques déclarent
  • Europe : 40 % des entreprises publiques déclarent
  • APAC : 20% des entreprises publiques déclarent
  • MENA : 11% des entreprises publiques déclarent
Figure 1 : Part des entreprises publiques publiant des mesures quantitatives de durabilité, par région

 

Même pour les deux paramètres E et S les plus couramment communiqués dans la région MENA - émissions de GES de portée 1 et 2 et pourcentage de femmes employées, respectivement - les entreprises publiques de la région MENA divulguent six fois moins d'informations que les entreprises publiques européennes. Environ 30 % des entreprises publiques déclarent des émissions de GES de portée 1 et 2 en Europe, alors que seulement 5 % le font dans la région MENA. En ce qui concerne le pourcentage de femmes employées, en Europe, environ 30 % des entreprises publiques communiquent ces données, alors que 6 % seulement le font dans la région MENA.

Les entreprises de la région MENA ne se contentent pas de faire des rapports moins souvent que les entreprises d'autres régions, elles sont également en retard dans certains domaines. Contrairement aux entreprises publiques nord-américaines et européennes qui ont un ratio moyen de 40% de femmes employées, les entreprises de la région MENA ont un ratio de 30% de femmes employées. Et l'écart est plus important dans les postes de direction. Par exemple, pour chaque femme siégeant à un conseil d'administration dans la région MENA, on en trouve trois en Europe.

Cependant, la région MENA n'est pas en retard dans tous les domaines liés au pilier S. En ce qui concerne la rotation des employés et l'écart de rémunération entre les sexes¹ les entreprises de la région MENA sont en tête par rapport aux entreprises nord-américaines et européennes :

  • Rotation des employés : 
    • L'Amérique du Nord est à 14%.
    • L'Europe est à 14%. 
    • La région MENA est à 10%.
  • Écart de rémunération entre les sexes : 
    • La région MENA paie aux femmes 90% de ce qu'elle paie aux hommes 
    • L'Amérique du Nord paie les femmes 87 % de ce qu'elle paie les hommes.
    • L'Europe paie les femmes 83% de ce qu'elle paie les hommes

Sur les questions environnementales, notre équipe de recherche constate un schéma similaire : Les entreprises de la région MENA obtiennent les mêmes résultats que leurs homologues d'Europe et d'Amérique du Nord pour certains paramètres (par exemple, la consommation d'énergie), mais sont à la traîne pour d'autres (par exemple, le CO2 de portée 1 et 2, le recyclage des déchets). 

Les entreprises publiques du monde entier ont un long chemin à parcourir pour rendre compte des mesures de durabilité, même les plus simples. Alors que les entreprises prennent du temps pour déterminer comment et quoi déclarer, la technologie avancée et l'expertise en matière de durabilité peuvent aider à combler les lacunes grâce à l'estimation par apprentissage automatique et aux modèles de fiabilité.


¹We acknowledge that the sample size for both turnover and  pay gender gap in MENA is small (<60) and these conclusions should be interpreted with caution. Our sample could disproportionately contain the best performing companies in the region. However, this effect is likely to occur to some scale in all regions.

Entrez votre adresse e-mail pour en savoir plus et recevoir des informations continues de Clarity AI.