fonds article 9: Découvrir les incohérences des données dans les divulgations EET

Conformité réglementaire 17 janvier 2023 Patricia Pina, Thomas Willman, Renato Coelho

Une nouvelle analyse de l'équipe de Clarity AIsur les fonds durables soulève des inquiétudes quant aux niveaux d'information et à la qualité des données.

Dans notre document, SFDR: Jusqu'à quel point le développement durable est-il possible ? fonds article 9, nous avons mis fonds article 9 à l'épreuve. Nous avons évalué leur conformité avec les critères "do no significant harm" (DNSH) du Sustainable Finance Disclosure Regulation (SFDR ) et avons constaté que certains de ces fonds ne passaient pas le test¹. Clarity AI Les données ont montré que certains fonds fonds article 9 investissaient dans des entreprises dont il est indéniable qu'elles ont violé les principes de l'UNGC, ainsi que dans des entreprises qui tirent la majorité de leurs revenus des combustibles fossiles .

Mais nous sommes toujours confrontés à la question de savoir pourquoiLa réglementation n'est-elle pas suffisamment claire, les gestionnaires de fonds n'ont-ils pas fait preuve de suffisamment de diligence raisonnable, ont-ils délibérément gonflé leurs allégations de durabilité ou disposaient-ils simplement de mauvaises données ? La cadence continue des déclassements de l'article 9 à l'article 8 indique que les gestionnaires de fonds ne trompent pas délibérément les investisseurs (ou "écoblanchiment") car ils semblent, au contraire, faire preuve de prudence face à l'incertitude.

Cela suggère également que le marché a initialement abordé les lacunes et les incertitudes de la réglementation de différentes manières, mais qu'actuellement, le secteur s'adapte pour intégrer les nouvelles orientations publiées par les régulateurs. Il s'agit d'un processus de clarification en cours qui n'est pas encore terminé, mais en attendant, pour éclaircir notre question, nous nous sommes tournés vers les modèles ESG européens (EET). L'EET est le modèle standardisé développé pour assurer la mise en œuvre du site SFDR et d'autres règlements européens. Les acteurs des marchés financiers utilisent déjà ce modèle, ce qui nous permet d'extraire et d'analyser les données que les gestionnaires de fonds déclarent eux-mêmes sur ces produits relevant de l'article 9. Qu'avons-nous appris grâce à cette analyse ?

Leçon n° 1 : le niveau de divulgation dans les EET est encore très faible

L'EET est un outil sectoriel mis au point pour aider les acteurs des marchés financiers à faciliter la communication d'informations. Il contient en grande partie les mêmes informations que les modèles de niveau 2 de SFDR qui sont entrés en vigueur ce mois-ci. Il est et restera facultatif pour les gestionnaires d'actifs qui décident de le remplir. Malgré cela, de nombreux gestionnaires de fonds soumettent déjà des EET, bien que la majorité d'entre eux n'incluent pas encore de données granulaires sur les indicateurs du Principal Adverse Impact (PAI).

Nous avons évalué ~830 fonds article 9 avec les données EET. À l'heure actuelle, seuls 43 fonds ont indiqué une valeur pour le champ de données "part des investissements dans des entreprises qui ont été impliquées dans des violations des principes de la Convention des Nations unies sur les changements climatiques et des principes directeurs de l'OCDE à l'intention des entreprises multinationales" et seuls 83 fonds ont divulgué la part de leurs investissements qui étaient exposés aux combustibles fossiles. Ces chiffres sont conformes à la tendance générale que nous avons constatée : les sections de l'EET destinées à signaler les IAP contiennent des données dans moins de 20 % des cas. Nous nous attendons à ce que cette situation change avec l'entrée en vigueur cette année des exigences de niveau 2 des RTS pour le site SFDR .

Leçon n°2 : l'exhaustivité et la complétude des données relatives aux violations des principes directeurs des Nations Unies et de l'OCDE posent problème.

Comme nous l'avons mentionné précédemment, seuls 43 gestionnaires de fonds de l'Article 9 ont fourni des informations granulaires dans leur EET, incluant l'exposition du fonds aux entreprises ayant violé les principes de l'UNGC ou les lignes directrices de l'OCDE. Parmi eux, 42 ont déclaré une exposition nulle ; cependant, nos données suggèrent que près de 60% (25 fonds) investissent dans au moins une entreprise impliquée dans de telles violations. Parmi les exemples que nous avons trouvés, citons une marque mondiale de produits de consommation accusée d'avoir des fournisseurs impliqués dans des violations des droits de l'homme et dans le travail des enfants, et une multinationale de l'aérospatiale qui paie des amendes pour des accusations de corruption dans le monde entier.

Leçon n°3 : Un utilisateur sur cinq du site fonds article 9 sous-déclare son exposition aux combustibles fossiles.

En comparant nos données avec les rapports des 83 fonds article 9 qui divulguent ces informations, nous constatons que 21% de ces fonds sous-déclarent leur exposition aux combustibles fossiles. En moyenne, leur exposition est rapportée comme étant inférieure de 4 points de pourcentage (pp) à ce que nos données montrent, mais la différence peut aller jusqu'à 13pp. Parmi les exemples d'entreprises présentes dans ces fonds, citons les compagnies d'électricité dont le mix énergétique repose sur 70 % ou plus d'énergies non renouvelables.

Il convient de noter que les fonds qui divulguent ce PAI dans l'EET ont tendance à avoir une exposition moyenne aux entreprises de ce secteur inférieure à celle des fonds qui ne le déclarent pas, selon nos données (c'est-à-dire une exposition de 4 % contre 5,5 %). Cela signifie-t-il que la sous-déclaration que nous avons constatée pour les produits de l'article 9 deviendra un problème plus important lorsque davantage de données EET seront disponibles ? Seul le temps nous le dira.

 

 

Bien que l'EET soit encore en cours de déploiement, son analyse permet d'obtenir un grand nombre d'informations. Elle met en évidence la nécessité de clarifier en permanence les exigences réglementaires de fonds article 9, tout en illustrant le besoin d'une source de données fiable pour découvrir les violations et les expositions. Clarity AILa couverture du site est jusqu'à 13 fois supérieure à celle des autres fournisseurs et vous permet d'accéder aux éléments sous-jacents de chaque fonds. Contactez Clarity AI dès aujourd'hui pour en savoir plus sur notre solution d'investissement durable.


¹ Il convient de noter que le site SFDR exige que les investissements soient conformes aux critères "do not significant harm" pour être considérés comme durables et que le site fonds article 9 ne doit réaliser que des investissements durables.

Saisissez votre adresse électronique pour en savoir plus et recevoir des informations régulières de la part de Clarity AI.